Les drogues sous forme de plantes

Tous le monde sait que si les plantes soignent, elles n’en restent pas moins dangereuses. Utilisées à des doses médicales celles-ci sont inoffensives, toutefois, ces mêmes plantes sous l’effet de transformation chimiques sont des drogues.

Nous avons pu voir, que le pavot peut servir d’antalgique. Toutefois, la tête de la plante pavot si elle coupée avant maturité, le suc qu’elle procure donne l’opium et par dérivé on arrive à l’héroïne. La forme la plus connue de l’héroïne est une poudre marron brune qui est notamment sniffée, inhalée où injectée.

Par ailleurs, d’autres plantes bien connues sont également des drogues. Nous citerons les plus consommées, telle le haschich, la coca où encore le qat.

Le haschich, le haschich est trouvé principalement au Moyen Orient, les producteurs de haschich sont nombreux. De cette plante est extraite la résine de cannabis, drogue très consommé dans le monde mais illégale sauf à usage thérapeutique. En effet, le cannabis médical peut traiter les douleurs, les vomissements et la stimulation de l’appétit.

Néanmoins, lorsqu’elle est fumée la résine de cannabis agit sur le système nerveux et provoque une accoutumance psychique. En outre, les facultés de concentration sont largement diminuées après avoir fumé du cannabis et une certaine langueur s’installe chez les consommateurs.

A présent venons-en à la plante coca présente essentiellement en Amérique du Sud. Elle pousse à partir de 300 mètres et jusqu’à 2000 mètres. Ce sont ses feuilles dont est extraite la cocaïne. Cette coca est à l’origine mâchée pour stimuler le système nerveux, léger stimulant comparable à la caféine. Mais pour obtenir de la cocaïne est en faire une drogue de nombreuses étapes de transformations chimiques sont nécessaires jusqu’à obtenir une poudre blanche. Celle-ci peut être alors fumée, sniffé où injectée en intraveineuse. Dès la première prise, la dépendance psychique est totale. Ces effets sur le cerveau sont nombreux, sentiments de surpuissance, suppression de la fatigue et de la douleur. Les méthodes pour décrocher de cette drogue sont très peu nombreuses et peut de produit de substitution existe.

Pour finir parlons du qat, la plante qat est originaire d’Afrique et plus particulièrement d’Ethiopie, mais d’autres pays sont également grands consommateurs de khat notamment les pays du sud de l’Afrique. D’autres pays arabes également produisent du khat tel le Yémen.

Le qat comme d’autres substances psychotropes (qui agissent sur le cerveau, où système nerveux) permet de ne plus ressentir la fatigue la faim. C’est en mâchant ses feuilles que la substance où suc contenu dans celles-ci agit. Aussi, nombres de pays ont classé le qat en tant que produit stupéfiant et par conséquent illégal. Il est également important de noter que le qat n’engendre pas vraiment de dépendance mais sa consommation récurrente provoque de l’hypertension, des crises cardiaques et peut déboucher sur des cancers de la bouche.